Les consommateurs de bijoux sont-ils conscients de l’origine de l’or qu’ils achètent ? Sont-ils prêts à acheter de l’or provenant de l’exploitation artisanale et à petite échelle (EMAPE), dont l’origine est responsable ?

Une nouvelle étude de marché sur la sensibilisation à l’or extrait de manière artisanale et responsable a été lancée en janvier 2021, afin de réfléchir à ces questions et à d’autres concernant les habitudes de consommation des consommateurs. Le rapport a été réalisé par MVI Marketing LLC (THE MVEye) et Christina T. Miller Sustainable Jewelry Consulting (CMC), avec le parrainage de l’Alliance pour une mine responsable et Rio Grande.

« Cette étude est un point de référence qui nous permettra de mesurer nos progrès en tant qu’industrie… (elle) montre qu’au fur et à mesure que les consommateurs en apprendront davantage, ils exigeront à la fois un approvisionnement transparent et de meilleures conditions pour les personnes qui travaillent dans l’industrie minière« , déclare Christina Miller à propos du rapport.

L’étude est une opportunité pour le marché de comprendre le comportement des consommateurs et les défis à venir, de renforcer des chaînes d’approvisionnement plus responsables et éthiques où les consommateurs achètent des biens non seulement pour leur beauté ou leurs propres besoins, mais aussi parce qu’avec leur achat ils génèrent un impact social et environnemental positif derrière, bénéficiant aux communautés minières à petite échelle.

Pour cette étude, 1 015 consommateurs des États-Unis ont été interrogés : 73 % de femmes, 27 % d’hommes ; revenu du ménage de 50 000 $ et plus ; âge 25-50 ans. Pour participer à l’enquête, il fallait avoir acheté des bijoux d’une valeur au détail supérieure à 200 dollars au cours des trois dernières années.

Quelques conclusions clées du rapport :

  • Lorsque les consommateurs s’informent sur l’exploitation minière artisanale et à petite échelle, ils sont susceptibles de dépenser davantage pour des produits fabriqués à partir de matériaux artisanaux exploités de manière responsable (jusqu’à 8 % de plus).
  • L’exploitation minière artisanale n’est pas bien comprise par les personnes interrogées ; moins de 20 % d’entre elles connaissaient ce terme.
  • Peu de personnes interrogées comprennent où l’or est extrait.
  • Les jeunes générations considèrent l’origine et les questions sociales et environnementales plus que les répondants plus âgés, et les hommes considèrent l’origine et les questions sociales et environnementales plus que les femmes.
  • La plupart des répondants reconnaissent que le mercure (couramment utilisé dans l’extraction de l’or) a des effets toxiques sur le système nerveux et peut causer des lésions cérébrales. Environ un tiers des répondants reconnaissent que le mercure est un polluant (34 %), et qu’il est le plus nocif pour les fœtus (32 %). Toutefois, 9 % des personnes interrogées ont déclaré que le mercure était sans danger pour la santé.
  • Près de 50 % des répondants âgés de 25 à 35 ans choisiraient l’or certifié responsable de la MAPE, les 36-50 ans suivant de près avec 42 %.

Lire le rapport complet

ICI

Pour plus d’informations, veuillez nous contacter à l’adresse suivante gro.s1618894591enime1618894591lbisn1618894591opser1618894591@mra1618894591

Share This